//Vérification de la verticalité ou aplomb des poteaux existants

Vérification de la verticalité ou aplomb des poteaux existants

La verticalité des poteaux est une étape importante avant la mise en place de votre ouverture coulissante. Selon l’orientation de vos poteaux, vous pourrez connaître la position théorique de votre rail.

Maintenant que vous avez bien vérifié votre seuil en béton, vous devez vérifier si vos poteaux maçonnés sont d’aplomb, penche vers l’intérieur ou vers l’extérieur.

Il faut bien sûr vérifier l’aplomb de chaque pilier, le plus important est celui qui reçoit le guide du portail coulissant et de contrôler dans le sens intérieur/extérieur.

Le pilier le plus important est celui qui reçoit le guide du portail

Pour cela utilisez un fil à plomb ou une règle, positionnez le sur la partie haute du pilier qui recevra le guide, en général c’est 5 à 10 centimètres au-dessus du portail.

Si le poteau penche vers l’intérieur de votre propriété, il faudra projeter au sol avec le fil à plomb l’écart avec la base du pilier.

Le but est de trouver la valeur dont il faudra déplacer le rail vers l’intérieur pour avoir un portail coulissant posé bien vertical.

Même si les guides disposent d’un réglage capable d’absorber en partie ce défaut il est préférable de l’anticiper et de corriger la position du rail préconisée de l’écart mesuré.

Si le poteau penche vers l’extérieur côté rue, il faudra utiliser la règle pour mesurer avec un mètre ruban l’écart au niveau de la zone de fixation du guide.

Dans ce cas 2 solutions possibles :

  • Soit il faudra déplacer le rail vers le pilier ou vers la rue pour rattraper le défaut.
  • Soit vous caler le guide de la côte relevée

Côté réception vous pouvez reproduire le même contrôle pour identifier si le portail pourra bien passer derrière le pilier pour s’arrêter dans la mâchoire.

Pour bien comprendre le but de cette vérification,  si le pilier penche trop vers l’intérieur le haut du portail buterait sur le pilier avant de pouvoir rentrer dans la gâche de réception.

Si c’est le cas vous devrez ajuster l’alignement du rail en fonction de cette contrainte, quitte à avoir un rail qui n’est plus parallèle à la bande béton sur la longueur.

L’aplomb des piliers dans le passage est moins important à contrôler, les portails coulissants translatent derrière les piliers, un éventuel défaut ne causera pas de désordre, un simple contrôle visuel avec un peu de recul suffira.

Les dimensions de vos poteaux

Vous pouvez vérifier également la section de vos poteaux, il faut qu’ils soient suffisamment larges pour recevoir le guide et la gâche de réception.

Il n’est pas rare d’avoir un mur de clôture aussi haut que le portail qui forme un angle droit sur le pilier côté fermeture.

Mesurez la face intérieure du pilier disponible ou écoinçon pour recevoir le recouvrement du montant (voir notice fabricant) et la mâchoire.

Si la fixation de la mâchoire n’est plus possible il faudra demander une pièce spéciale à votre fournisseur ou réaliser vous-même une adaptation.

La hauteur du poteau doit être aussi compatible avec le portail choisit, il faut prévoir une marge suffisante pour accueillir le portail et la pièce de guidage qui est toujours au-dessus.

Par exemple chez certains fabricants de portail français, cette réserve doit être de minimum de 5 cm.

Pour un portail de 1.6m de haut il faudra donc avoir 1.65m minimum sous le chapeau de votre pilier.

Cette dimension varie en fonction de chaque conception ou fabricant de portail.

En marge de la dimension des poteaux il y a un cas de figure à prévenir qui impose au mieux une cale sous le guide au pire une énorme rayure sur le portail dès la première manœuvre.

La présence d’un chapeau de murette dépassant de 2 ou 3 cm dans la partie refoulement ou dégagement du portail coulissant est une véritable contrainte à bien anticiper avant même la pose du rail.

Cette partie saillante vient réduire le jeu de fonctionnement du portail dans la zone d’ouverture, même s’il vous reste 1 cm de jeu il est recommandé de caler pour avoir minimum 25mm de jeu.

Pensez aux blessures que peut infliger cette zone d’écrasement aux doigts des enfants !!