//Vérifiez que votre portail est bien adapté

Vérifiez que votre portail est bien adapté

Après avoir passé tous les points de contrôles de votre maçonnerie et fait d’éventuelles modifications, il faut simplement contrôler quelques dimensions sur le portail :

Vérifier le Recouvrement droite et gauche sur les piliers :

Mesurer la largeur de votre portail au niveau de ses montants (sans les queux ou prolongateurs haut et bas) pour déterminer son recouvrement.
En général il est compris entre 3 et 6 cm de chaque côté, votre notice de pose doit préciser cette information.

Par exemple un portail coulissant pour un passage de 4 mètres peut mesurer 4.12m à mi-hauteur

 

Les parties qui dépassent du cadre (les prolongateurs) doivent être orientés côté ouverture, si votre modèle de portail dispose d’un motif sur la face extérieur il faudra donc que les 2 caractéristiques soient compatibles avec le sens.

Hauteur du pilier :

Pour cette étape vous pouvez directement prendre la dimension du portail avec sa roulette, il faut ensuite déterminer la garde ou hauteur supplémentaire nécessaire pour fixer le guide qui toujours au-dessus du portail.

Pour cela soit vous présenter l’accessoire dans le profil de guidage soit vous chercher l’information sur la notice de pose.

Il faudra être vigilant sur la distance entre le haut du pilier et les points de fixation de cette pièce, anticipez le risque d’éclatement ou de fissures du poteau.

Si vous disposer d’une différence de hauteur importante par exemple si pour un portail de 1.6m vous avez 1.8m ou 1.9m de hauteur de pilier sous chapeau vous ne risquez pas d’avoir de désordre à la fixation.

Jeux de fonctionnements, butées avant et arrière, risques d’accidents et normes CE

Le portail coulissant présente de nombreux avantages dans son utilisation, il n’en reste pas moins un objet en mouvement lourd et reproduisant un guillotine à l’horizontale.

Il convient donc d’avoir à l’esprit quelques notions sur la sécurité et les zones de risques à prévenir.

Si vous consulter sur internet les faits divers relatant des accidents mortels survenus à cause d’un portail coulissant, vous découvrirez qu’en majorité ces accidents sont provoqués par des portails coulissants manuels dépourvus de système de manœuvre électrique.

Ces portails se sont tous détachés lors de la manœuvre en raison de l’absence de butée de fin de course, le portail en position arrière des piliers ne pouvant pas tomber vers l’extérieur les victimes ont toutes été écrasée par le poids du portail qui leur a infligé des blessures mortelles au crane.

Pour éviter ces drames il faut donc s’assurer que le portail que vous allez installer soit conformes aux règles de sécurités qui réglementent l’utilisation de ce système de fermeture.

Si vous avez achetez un portail neuf il faut qu’il dispose d’un marquage CE (petite plaquette gris métal le plus souvent disposée sur la tranche du portail avec son numéro de série) ou au minium une déclaration de conformité du fabricant.

La norme NF 13241-1 définie les règles de conception et de pose des portails.

Peu importe le matériau qui le compose la règle est la même, par contre elle distingue les portails manuels et les portails motorisés.

Sans rentrer dans le détail précis de la norme mais vous informé sur les bases de cette sécurité voici les points importants :

Le risque de pincement au niveau des roulettes :

Il faut que le jeu entre le dessus du rail et le corps du galet ou le bas du portail ne dépasse pas 8mm.

En pratique vous pouvez faire le test avec une tige métallique de diamètre 8 que vous présentez sur le rail au niveau du galet.

Attention à ne pas faire cet essai en utilisant l’automatisme ni sans faire rouler le portail par un tiers, à l’arrêt présentez juste cette tige devant le galet en essayant de juger cet écart entre le rail, le corps du galet ou le bas du portail.

    • Le jeu entre le portail et les piliers doit être au moins de 25mm, le principe est de ne pas pouvoir bloquer vos doigts entre le mur et le portail.
    • Les butées avant et arrière doivent être installées afin que le portail ne puisse pas sortir de son guidage en fin de course des 2 côtés.
    • Si votre portail est conçu avec des bouchons d’extrémités sur le profil de guidage en haut du portail il faut obligatoirement les installer.

Si vous installez un portail d’occasion, vérifiez la présence de ces pièces et assurez-vous que ce jeu est disponible.

Si vous installez un portail acheté seul sans moteur qui correspond à ces critères disposant d’un marquage CE et que vous le motorisez vous-même avec un automatisme de votre choix vous devenez responsable des réglages de vitesse et de puissance qui garantissent l’arrêt sur obstacle avec un niveau de sensibilité conforme à la norme.

Ces critères sont impossibles à déterminer seul sans l’expertise d’un professionnel formé à ce type de contrôle.

Dans ce cas, vous prenez le risque de mettre en œuvre une installation dangereuse pour vous et votre entourage en particulier pour les enfants.

Il est préférable de confier la pose du moteur à un spécialiste qui prendra la responsabilité de cette pose en conformité avec la norme.

Si vous achetez un ensemble neuf, portail et moteur chez un distributeur ou directement chez un fabricant il doit vous fournir une déclaration de performance certifiant que ce portail et ce moteur ont été testé ensemble par un organisme agréé type CSTB ou CETIM.

En résulte, soit un réglage du moteur fait en usine avec les réglages paramétrés pour reproduire les performances homologuées soit une notice précisant les valeurs à enregistrer sur la carte électronique.

Si votre vendeur de portail vous affirme qu’il suffit que le portail soit CE et que le moteur soit CE c’est faux, cette ensemble constitue « une machine » au même titre qu’une machine-outil qui dispose d’un système en mouvement couplé à un moteur.

Il faut donc obtenir cette certification pour avoir une installation conforme aux exigences de la norme NF 13241-1.